LE DIFFICILE CHANTIER DU CLOS SAINT LOUIS

La construction du Clos Saint Louis en plein cœur historique du village (propriétés remontant du XVIIème au XIXème siècle), crée de multiples conséquences pour les riverains et représente de notre point de vue tout ce qu’il ne faut pas faire en matière d’urbanisme local.


Concentrer 43 logements sur une si petite parcelle étouffe les propriétés voisines !

Restreindre les espaces végétalisés et démolir les vieilles habitations en pierre et leurs jardins pour les remplacer par du bêton de grande hauteur, c’est nous asphyxier. C’est le danger qui guette aussi le projet de la rue de Montfort !

Ce programme du Clos Saint Louis imperméabilise les sols et favorisera le ruissèlement des eaux. Il ramènera un nombre incalculable d’automobiles en centre-bourg sans possibilité d’élargir les rues, sans aucun espace de respiration pour les habitants.

En outre ce chantier a posé de nombreuses difficultés en matière de sécurité et de non respect quant aux règles concernant certaines nuisances (sonores, poussières de béton, eaux usées, etc. Les riverains ont alerté en vain la mairie dès juillet 2019 (courrier avec AR, dépôt de plainte, etc.).



En concertation avec les riverains plusieurs actions on été initiées par l’ACSERB :

Nous avons organisé fin 2019 une rencontre avec plusieurs riverains afin de comprendre et étudier si nous pouvions les soutenir et les accompagner pour améliorer une situation complexe. La rue et les trottoirs sont étroits mais avec un passage continu de véhicules et de bus. La construction de cette bâtisse défigure l’harmonie de ce quartier, les volumes et les hauteurs sont disproportionnées par rapport au Bâti existant.

Nous avons réalisé trois visites de chantiers avec un expert chantier bénévole et dressé un état de la sécurité piétonne et conditions de réalisation de ce chantier.

Nous avons ensuite adressé un courrier en AR au maire le 19/12/2019 qui récapitulait les différentes demandes des riverains pour la sécurisation de cette rue : la signalisation routière, le cheminement piéton, les déficits de protection des habitats mitoyens au chantier. Ont aussi été signalé le fait que la laitance de béton était directement déversée dans les eaux pluviales et que l’isolation du câble d’alimentation de l’armoire électrique était insuffisante.)

A la suite de quoi, certains aménagements à la marge ont été mis en place.

A la troisième visite de chantier, nous constatons la pose des barrières pour l’isolation du câble d’alimentation électrique de la base de vie, des lumières ont été accrochées aux palissades de chantier pour éclairer le passage piétons. Le chef de chantier nous assure verbalement de la mise en place d’une station de lavage pour la récupération de l’eau utilisée dans le nettoyage des bennes de béton. Par contre, rien concernant la protection des limites de propriété des riverains sauf une simple bâche. Rien pour la couverture du passage piétons, pas de signalisation d‘approche de position et de fin de chantier à partir de la rue de Neauphle pour ralentir les véhicules. La signalisation renforcée de nuit s’éteint à la fin du chantier soit 18h !



Aujourd’hui le cheminement des piétons reste précaire dans une rue ou il y a 56 passages de bus par jour. En outre il apparaît des différences entre le permis de construire initial et la construction réalisée. Par exemple, les lucarnes des extrémités ne sont pas conformes aux plans ce qui portera atteinte à l’intimité des maisons et des jardins dans lesquels plongeront les regards!

Les riverains sollicitent la nouvelle équipe municipale espérant être enfin pris en compte.


Situation à suivre !

Nous sommes déterminés à accompagner et soutenir les Chartripontains qui subissent le bruit continu du chantier, la poussière de béton et constate maintenant la détérioration complète de leur cadre de vie.

Nous prenons acte du souhait des riverains de dresser un constat d’huissier. Nous soutenons leur démarche et les accompagnerons lors d’une rencontre avec un expert judiciaire prévue le 20/07. Nous vous tiendrons au courant des actions conduites et de leurs résultats.


Dernière remarque et solution :

Cet important programme immobilier de 43 appartements propose 26 logements sociaux. A lui seul ce programme générera la nécessaire construction de 11 nouveaux logements sociaux (règle de 25%) ! La construction de ce genre de programme n’est donc qu’un engrenage vers une urbanisation à outrance.

La solution : La transformation (lors des ventes) des bâtis existants en logements sociaux. Ces petites unités composées uniquement de LS, dont l’intégration dans le tissu urbain actuel assurerait une mixité sociale nécessaire, n’induirait pas de bouleversement dans le cadre de vie des riverains… Tout le monde y gagnerait.


A défaut, si faire du neuf s’avérait nécessaire, la priorité devrait être donnée à des programmes d’une dizaine de LS maximum. Le caractère rural de notre commune est à ce prix.


Voir d'autres photos sur le blog d'Emérance Bétis

Association ACSERB

Chez Isabelle Venault

216 chemin de la Vallée Crespin

78760 Pontchartrain

Portable : 06 77 04 56 97

© 2019 ACSERB - par Le Studio Serendip